De rouille et d’os

Synopsis

Ça commence dans le Nord. Ali se retrouve avec Sam, 5 ans, sur les bras. C’est son fils, il le connaît à peine. Sans domicile, sans argent et sans amis, Ali trouve refuge chez sa soeur à Antibes. Là-bas, c’est tout de suite mieux, elle les héberge dans le garage de son pavillon, elle s’occupe du petit et il fait beau. À la suite d’une bagarre dans une boîte de nuit, son destin croise celui de Stéphanie. Il la ramène chez elle et lui laisse son téléphone. Il est pauvre ; elle est belle et pleine d’assurance. C’est une princesse. Tout les oppose. Stéphanie est dresseuse d’orques au Marineland. Il faudra que le spectacle tourne au drame pour qu’un coup de téléphone dans la nuit les réunisse à nouveau. Quand Ali la retrouve, la princesse est tassée dans un fauteuil roulant : elle a perdu ses jambes et pas mal d’illusions. Il va l’aider simplement, sans compassion, sans pitié. Elle va revivre.

Acteurs

Marion Cotillard
Matthias Schoenaerts
Armand Verdure
Céline Sallette
Corinne Masiero
Bouli Lanners

Durée

123 minutes.

Année

2012

Données Techniques

Support

BR

Langues

Français, Audiodescription (pour malvoyants)

Sous-Titres

Français

Audio

DTSHD-MA5.1 Français, DTSHD-MA2.0 Français, DTSHD-MA2.0 Audiodescription (pour malvoyants)

1 réflexion sur “De rouille et d’os”

  1. malgré les nombreux compliments reçus par ce film, je ne m’attendais pas à un chef d’oeuvre. C’est donc avec un “à priori” négatif que j’ai commencé le visionnage. La suite ne m’a pas fait changé d’avis. C’est lent, assez brouillon, pas trop mal filmé, bien truqué, mais on s’y ennuie ferme. Quelques plans sont sympas mais que de poncifs larmoyants et improbables. L’actrice principale, très jolie Marion Cotillard, en fait des tonnes et ça fini par être lourd. Quant à Matthias Schoenaerts, j’espère que le pauvre garçon est plus futé dans la vraie vie que dans ce rôle, parce que là, on atteint des sommets dans la connerie humaine ! Bref, il ne suffit pas de prendre une caméra et d’aller filmer la “France d’en bas” et ses malheurs pour faire un bon film, fusse-t-il d’auteur. Quand je pense que certains ont osé comparé ça à “Intouchable”… 6/10.

Laisser un commentaire

Retour haut de page